Article

Le palmarès complet de la 46ème Cérémonie des César
0 (0)

Le palmarès complet de la 46ème Cérémonie des César<div class='yasr-stars-title yasr-rater-stars-vv'
                          id='yasr-visitor-votes-readonly-rater-96ef8037ff41e'
                          data-rating='0'
                          data-rater-starsize='16'
                          data-rater-postid='3729' 
                          data-rater-readonly='true'
                          data-readonly-attribute='true'
                      ></div><span class='yasr-stars-title-average'>0 (0)</span>

Adieu les Cons l’emporte face au favori Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait d’Emmanuel Mouret tandis que Corinne Masiero se met à nu pour les intermittents du spectacle au cours d’une cérémonie politique.

Si l’on attendait de pied ferme cette 46ème Cérémonie des César après le cataclysme de l’année précédente, force est de constater que le public n’a pas suivi, la soirée animée par Marina Foïs rejoignant les pires audiences de la Cérémonie auprès de celle animée par Kad Merad, quittant les 2,2 millions de téléspectateurs de l’année dernière pour flirter vers les 1,9 millions. Une cérémonie, qui si elle n’aura pas convaincu grand monde, s’est pourtant révélée efficace, superbement orchestrée par Benjamin Biolay, où Marina Foïs oscillait cependant entre acidité (un beau discours d’ouverture) et moments de pur malaise (Marjane Satrapi, Michel Hazanavicus, Nathalie Baye et plusieurs autres victimes) .

© Cyprien Nicoleau – ENS Louis Lumière pour l’Académie des César 2021

Une cérémonie qui s’est montrée politique, à l’heure où les salles de cinéma demeurent fermées depuis plus de 100 jours. En plus de représentants de la CGT échappés de l’occupation du Théâtre de l’Odéon, l’on a pu y entendre les discours très forts de Jean-Pascal Zadi, Jeanne Balibar cependant dépassés par l’image marquante de cette soirée, à savoir Corinne Masiero nue, sous les costumes de Peau d’âne et de Carrie au bal du diable, plaidoyer trash et marquant en faveur des intermittents du spectacle et du manque de considération du Gouvernement envers le secteur culturel. La Ministre de la Culture Roselyne Bachelot, interpellée à plusieurs reprises, ne sera cependant apparue que lors du tapis rouge.

Du côté des lauréats, l’on peut cependant se féliciter de nos pronostics concernant les victoires de Laure Calamy, Nicolas Marié, Sami Bouajila, Rone, Madeline Fontaine, Alexis Kavyrchine, Carlos Conti et les formidables Adolescentes de Sébastien Lifshitz et le Deux de Filippo Meneghetti. Cependant, si notre cœur penchait pour Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait d’Emmanuel Mouret et ses 13 nominations, c’est à Adieu les Cons que vont 6 récompenses majeures, et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est amplement mérité. On vous compare ci-dessous nos pronostics avec le palmarès, avec deux prix “surprises” à savoir le Prix des lycéens remis à Adieu les Cons et un César d’honneur remis à Jean-Pierre Bacri. Et le plaisir de découvrir dès la réouverture des salles nombre de films primés encore à l’affiche.

© Cyprien Nicoleau – ENS Louis Lumière pour l’Académie des César 2021
  • Meilleur film : Adieu les Cons d’Albert Dupontel (on voyait Emmanuel Mouret pour Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)
  • Meilleure actrice : Laure Calamy pour Antoinette dans les Cévennes (on avait vu juste, notre cœur balançait avec Virginie Efira)
  • Meilleur acteur : Sami Bouajila dans Un Fils (on avait vu juste)
  • Meilleur premier film : Deux de Filippo Meneghetti (on avait vu juste)
  • Meilleur second rôle féminin : Emilie Dequenne dans Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait (on voyait Yolande Moreau et Noémie Lvovsky pour La Bonne Épouse)
  • Meilleur second rôle masculin : Nicolas Marié dans Adieu les Cons (on avait vu juste)
  • Meilleur réalisateur : Albert Dupontel pour Adieu les Cons (on voyait Emmanuel Mouret pour Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)
  • Meilleur espoir masculin : Jean-Pascal Zadi dans Tout simplement noir ( on voyait Félix Lefebvre et Benjamin Voisin pour Été 85)
  • Meilleur espoir féminin : Fathia Youssouf dans Mignonnes (on voyait Mélissa Guers pour La fille au bracelet)
  • Meilleur scénario: Albert Dupontel pour Adieu les Cons (on voyait Emmanuel Mouret pour Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)
  • Meilleur film étranger : Drunk de Thomas Vinterberg (on avait vu juste)
  • Meilleur documentaire : Adolescentes de Sébastien Lifshitz (on avait vu juste)
  • Meilleur film d’animation : Josep d’Aurel (on voyait Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary de Rémi Chayé)
  • Meilleur court-métrage d’animation : L’heure de l’ours d’Agnès Patron
  • Meilleure bande originale : Rone pour La Nuit Venue (on avait vu juste)
  • Meilleure adaptation : Stéphane Demoustier pour La fille au bracelet (on voyait François Ozon pour Été 85)
  • Meilleure photographie : Alexis Kavyrchine pour Adieu les Cons (on avait vu juste)
  • Meilleur montage : Tina Baz pour Adolescentes (on misait sur Martial Salomon pour Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)
  • Meilleurs décors : Carlos Conti pour Adieu les Cons (on avait vu juste)
  • Meilleurs costumes : Madeline Fontaine pour La bonne épouse (on avait vu juste)
  • Meilleur son : Yolande Decarsin, Jeanne Delplancq, Fanny Martin, Olivier Goinard pour Adolescentes (on misait sur Adieu les Cons)
  • Meilleur court-métrage : Qu’importe si les bêtes meurent de Sofia Alaoui
  • César des lycéens : Adieu les Cons d’Albert Dupontel
  • César d’honneur : Jean-Pierre Bacri
  • César anniversaire : La Troupe du Splendid
Cliquez pour voter !
[Total: 0 Moyenne: 0]

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire