Critique

Zack Snyder’s Justice League : Snyderman
0 (0)

La légion s'unira

  • Media
  • Statut
  • Notre note
Cliquez pour voter !
[Total: 0 Moyenne: 0]

Zack Snyder’s Justice League, sorti des décombres par le célèbre #ReleaseTheSnyderCut, débarque sur HBO MAX pour réhabiliter Justice League ainsi que son auteur. Désormais libéré de contraintes, Zack Snyder se lâche complètement pour le pire comme le meilleur.

Justice League est un cas d’école à lui tout seul. Film maudit de son auteur, abandonné en cours de route pour de tragiques soucis familiaux, repris et charcuté par la Warner Bros et un Joss Whedon dont le style est en totale contradiction avec celui de Zack Snyder, le film sort alors en 2017 dans des circonstances problématiques pour un résultat au box-office bien en déca des attentes. Le fameux moustache-gate d’Henry Cavill, une promotion désastreuse et un film censé rattraper un Batman V Superman : L’aube de la Justice qui avait déjà beaucoup divisé, les épaules de ce Justice League étaient bien trop fragiles pour tout cela, et le résultat, minuscule et ridicule, était à des années lumières des projets dantesques de Zack Snyder et des scores au box-office des réunions pharaoniques d’Avengers.

Les fans, à force de détermination et d’un écho de plus en plus fort, ont pourtant eu raison : #ReleaseTheSnyderCut est devenu réalité, et Zack Snyder a alors eu les coudées franches pour la sortie de son Justice League sur HBO MAX. Cette version, précédée du nom de son auteur, porte également ses marques jusque dans ses moindres aspects. Délesté de tout poids de suite au cinéma, le réalisateur peut enfin ici laisser libre court à tout son style, et dans un geste total, réunir les fans dans un geste aussi impressionnant qu’empesé.

Zack Snyder rassurant les fans avec un énorme câlin

De l’âne au coq


Si Justice League était un film minuscule, ne restituant jamais la grandiloquence promise par la première réunion au cinéma des légendaires héros de DC Comics, Zack Snyder’s Justice League annonce dès son assourdissante introduction une réelle ampleur. Le brouillon de la Warner Bros et de Joss Whedon découpait ainsi à la truelle l’intrigue de son film pour un résultat aussi rapidement exécuté qu’inconséquent au niveau du développement du scénario et de ses personnages, les réduisant parfois à de maigres incarnations (coucou Cyborg et la famille russe). Zack Snyder’s Justice League prend ici le temps (parfois trop) de fondre ses protagonistes dans un réel chaos moral. Parce que la disparition de Superman a laissé un vide incommensurable, Zack Snyder dresse un sombre tableau, asphyxiant et alourdissant inutilement son intrigue rectiligne ici empesée de ses incontournables sombres visages.

Heureusement, au-delà du ton sempiternel cher à un réalisateur qui n’a jamais fait dans la dentelle, l’amour qu’il voue à ses personnages écrase ici tout sur son passage. Du sacrifice de nombreux protagonistes à la place enfin méritée pour Cyborg et l’antagoniste Steppenwolf, tout est ici pensé pour offrir à ses héros l’écrin idéal dans lequel consacrer leurs légendes respectives. On passera ainsi volontiers sur les choix parfois douteux du compositeur Junkie XL, redonnant aux images de Zack Snyder celles des spots télévisés qui ont marqués ses débuts, pour se laisser véritablement marquer la rétine par des images fortes dont l’ampleur se trouve directement héritée des pages de comic-book chéris par le réalisateur. Parce que le film prend son temps, parfois trop, cela confère ainsi à son final des airs d’intense défouloir, aussi bandant qu’empesé, d’un cinéaste en roue libre revenu avec un marteau-piqueur pour réécrire sa propre légende.

On prend les mêmes et on recommence

SNYDER UNCUT


Parce que oui, au-delà d’un morceau du cinéma d’un auteur ici consacré en héros, Zack Snyder’s Justice League transpire le cinéma de Zack Snyder de par toutes ses pores, pour le meilleur comme pour le pire. Les six chapitres (ainsi qu’un onéreux épilogue) censés aérer le film se trouvent parfois maladroits car enrichis de bien trop copieux morceaux de gras pour véritablement emballer l’ensemble. Si Justice League était un film véritablement raté, Zack Snyder’s Justice League rattrape largement la donne en n’en restant pas moins largement imparfait. Parce que si à l’opposé d’un Batman V Superman : L’aube de la Justice, qui même en Extended Cut n’arrivait à résoudre ses multiples intrigues que dans un final obèse et maladroit, ce Zack Snyder’s Justice League ne sait plus où s’arrêter, même au mépris de son propre bien.

Même ébahis devant un combat final à la hauteur des (longues) attentes, et de personnages enfin traités à leur juste valeur, on ne pourra s’empêcher de rester dubitatif quand au manque de fluidité d’un tel métrage, qui de par sa durée laissait augurer d’un véritable morceau de bravoure, parfois relayé à un exercice d’autosatisfaction d’un cinéaste qui pêche par son orgueil et sa démesure. Coincé entre épique et lourdeur, on ne saurait pourtant que trop vous conseiller de définitivement effacer définitivement de votre mémoire le souvenir douloureux de Justice League pour retrouver des héros enfin à la hauteur dans Zack Snyder’s Justice League. Même si passer d’un repas sec et sans aucun parfum à une avalanche de gras aurait tout de même mérité un juste équilibre.

Zack Snyder’s Justice League est disponible en VOD depuis le 18 mars.

Cliquez pour voter !
[Total: 0 Moyenne: 0]

Détails :

Date de sortie
18 mars 2021
Genres
Action, Aventure, Science Fiction, Fantastique
Résumé
Bruce Wayne est déterminé à faire en sorte que le sacrifice ultime de Superman ne soit pas vain. Pour cela, avec l'aide de Diana Prince, il met en place un plan pour recruter une équipe de métahumains afin de protéger le monde d'une menace apocalyptique imminente. La tâche s'avère plus difficile que Bruce ne l'imaginait, car chacune des recrues doit faire face aux démons de son passé et les surpasser pour se rassembler et former une ligue de héros sans précédent. Désormais unis, Batman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg et Flash réussiront-ils à sauver la planète de Steppenwolf, DeSaad, Darkseid et de leurs terribles intentions ?
Durée
4 h 02 min
Production
Warner Bros. Pictures, The Stone Quarry, Atlas Entertainment, DC Films, DC Entertainment, Access Entertainment, Dune Entertainment
Acteurs
Ben Affleck, Henry Cavill, Gal Gadot, Jason Momoa, Ezra Miller, Ray Fisher, Amy Adams, Jeremy Irons, Connie Nielsen, Diane Lane, J.K. Simmons, Ciarán Hinds, Amber Heard, Joe Morton, Ray Porter, Jesse Eisenberg, Jared Leto, Joe Manganiello, Willem Dafoe, Kiersey Clemons, Peter Guinness, Harry Lennix, Karen Bryson, Marc McClure, Sergi Constance, Michael McElhatton, Lara Decaro, Ryan Zheng Kai, David Thewlis, Samantha Jo, Lisa Loven Kongsli, Julian Lewis Jones, John Dagleish, Francis Magee, Doutzen Kroes, Brooke Ence, Hari James, Ann Ogbomo, Clem So, Greg Draven, Russell Crowe, C. Amanda Maud, Ágústa Eva Erlendsdóttir, Björt Sigfinnsdóttir, Salome R. Gunnarsdottir, Kristbjörg Kjeld, Ingvar Eggert Sigurðsson, Védís Vífilsdóttir, Snæfríður Rán Aðalsteins, Charlotte Comer, Serene Angus, Anna Burgess, Alison Chang, Constance Bole, Shahla Ayamah, Chris Courtenay, Heather Imbeah, Carla Turner, Grace Cookey-Gam, Matthew Bates, Gary Reimer, Robbie Gee, Jim Sturgeon, Eleanor Matsuura, Anthony Wise, Jérôme Pradon, Richard Clifford, Rebecca C. Perfect, Vincent Riotta, Edward Mitchell, Mark Arnold, Martin Troakes, Aurore Lauzeral, Lucy Briers, David Mara, Wil Coban, Stewart Alexander, Christy Meyer, Granville Saxton, Gianpiero Cognoli, Kobna Holdbrook-Smith, Kevin Mathurin, Joyce Veheary, Taylor James, Hadrian Howard, Victor Gardener, Bruce Chong, Orion Lee, Oliver Gatz, Rachel Blenkiron, Lynne Anne Rodgers, Oliver Powell, Kelly Burke, Keith Simpson, Omri Rose, Will Austin, William Atkinson, Sam Benjamin, Shalini Peiris, Carla Gugino, Adam Forman, Peter Brooke, Peter Henderson, Bruce Lester-Johnson, Katia Elizarova, Gemma Refoufi, Leila Reid, Suan-Li Ong, Tina Balthazar, Penny Lane, Stephanie Haymes-Roven, Gary A. Hecker, Steve West, Laura Waddell, Kevin Costner, Swaylee Loughnane, Robin Wright, Billy Crudup

Critique écrite par : Kantain

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire