Critique

Snatch : Diamant, crimes et beau casting
0 (0)

Le vol de diamants peut nuire à la santé.

  • Media
  • Statut
  • Notre note
Cliquez pour voter !
[Total: 0 Moyenne: 0]

Pour son deuxième long-métrage, Guy Ritchie réhausse sa sauce d’Arnaques, crimes et botanique avec un casting prestigieux où le réalisateur offre enfin la victoire à ses inénarrables bras cassés. Puisque nombre des films de Guy Ritchie se trouvent disponibles sur Netflix, on revient sur la filmographie du réalisateur britannique.

Arnaques, crimes et botanique fut un succès. Ayant fait son buzz depuis plusieurs festivals, où il repartit auréolé de plusieurs prix et d’un succès public pour son petit budget, son premier film aura définitivement réussi à Guy Ritchie, qui fier de son coup retente ici sa chance en réhaussant la sauce de son premier long-métrage d’un script qu’il aura entièrement pensé dans la veine de ce dernier modeste coup d’éclat. Snatch reprend donc une partie de la distribution de son précdent film en y adjoignant les prestigieux noms de Benicio Del Toro et de Brad Pitt qui a même tenu à baisser son imposant cachet pour pouvoir apparaître dans un film de Guy Ritchie. On prend donc (quasiment) les même, et on recommence.

Guy Ritchie prêt à remonter sur le ring pour mettre au tapis la concurrence

Revanche art


Si ses personnages d’Arnaques, crimes et botanique n’étaient que de jeunes hommes rêvant d’un coup pour s’envoler de leur morne quotidien en se frottant à la mafia, ceux de Snatch trempent déjà dedans à pieds joints et la confrontation se fera donc entre petits et gros bandits, d’un duel toujours aussi efficacement exécuté. Parce que Guy Ritchie connaît désormais son terrain, et qu’à l’inverse des personnages de son premier film son petit coup pour tutoyer les sommets du box-office a désormais fonctionné, il peut ici se permettre une variation toujours aussi modeste mais dont l’ambition se traduit par un déluge plus important d’hémoglobine et où l’objet de toutes les convoitises se voit troqué de beaux fusils de collection par un inestimable diamant. Le réalisateur greffe donc un duo d’amis, toujours campé par Jason Statham et le nouveau-venu irrésistible Stephen Graham qui verront leur petit monde de boxe clandestine et de machines à sous s’enrailler à la rencontre de Mickey, un indomptable gitan au poing mortel campé par un Brad Pitt au plaisir communicatif et un organisateur aussi charismatique que terrifiant.

L’atout charme de Snatch, comme celui d’Arnaques, crimes et botanique est la désespérance de petit bras cassés mis au pied du mur par plus forts qu’eux. Si le précédent film de Guy Ritchie leur réservait une leçon de modestie quelque peu paternaliste et vieux-jeu, Snatch leur offre une seconde chance faisant cependant une fois de plus vaincre l’honnêteté face à la cupidité. Le réalisateur se fait ici revanchard, et sa posture se traduit parfaitement sous les traits de Brad Pitt, lui l’enfant souffrant de dyslexie qui a toujours refusé d’intégrer les bancs d’écoles de cinéma en récusant que les films de leurs élèves étaient ennuyeux et bien trop polis à son goût. Après avoir braqué l’industrie avec le modeste budget de son premier long-métrage en étant venu de nulle part, Guy Ritchie refait donc le coup et tient à marquer de son empreinte son projet de tout ce qui l’a mené à faire du cinéma, et en rajoute donc une couche.

La revanches des bras-cassés

Guy Pittchie


Il y a donc dans Snatch l’envie d’en découdre avec une certaine élite et des traditions bien ancrées. Il suffit de voir avec quelle panache Brad Pitt met ses adversaires au tapis pour comprendre que Guy Ritchie usera de la même mécanique pour emmerder haut et fort une élite ne voyant dans ses films que de vulgaires pochades et lui reprochant ses excès de style outranciers. Jason Statham, acteur révélé par le réalisateur, devra même aller chercher dans la boue tout en protégeant ses superbes souliers pour tenter de faire revenir à la raison un cinéaste qui n’a ici qu’une seule envie : taper toujours aussi fort et avec ses mêmes indécrottables manières, en se montrant derrière son langage limité et incompréhensible, comme victorieux et ayant toujours un coup d’avance. Snatch, s’il ne dépasse ainsi pas où de peu son aîné, transforme simplement l’essai en une revanche des bras-cassés mis à l’amende par des manières et des codes qu’ils ne maîtrisaient pas.

Guy Ritchie, s’il ne fait donc en apparence que répéter le succès de son premier film, montre cependant clairement la prise de pouvoir d’un cinéaste qui s’entend crier haut et fort sa victoire et ses sales manières sur tous les toits. En proposant une relecture de son Arnaques, crimes et botanique, Guy Ritchie se fait plus introspectif et met en Brad Pitt son indéboulonnable success-story qu’il a dû faire résonner à coups de fulgurants poings tout en mettant de côté une certaine politesse. Snatch répond donc intelligemment à son premier long-métrage par sa victoire revancharde de personnages déjouant les codes établis et les bonnes manières pour tenter de se faire une place au soleil, même sous le ciel maussade londonnien.

Snatch est disponible en VOD, Blu-ray et DVD.

Cliquez pour voter !
[Total: 0 Moyenne: 0]

Détails :

Date de sortie
1 septembre 2000
Genres
Crime, Comédie
Résumé
Franky vient de voler un énorme diamant qu'il doit livrer à Avi, un mafieux new-yorkais. En chemin, il fait escale à Londres où il se laisse convaincre par Boris de parier sur un combat de boxe clandestin. Il ignore, bien sûr, qu'il s'agit d'un coup monté avec Vinny et Sol, afin de le délester de son magnifique caillou. Turkish et Tommy, eux, ont un problème avec leur boxeur, un gitan complètement fêlé qui refuse de se coucher au quatrième round comme prévu. C'est au tour d'Avi de débarquer, bien décidé à récupérer son bien, avec l'aide de Tony, une légende de la gâchette.
Durée
1 h 43 min
Production
Screen Gems, SKA Films, Columbia Pictures
Acteurs
Jason Statham, Brad Pitt, Stephen Graham, Vinnie Jones, Benicio del Toro, Dennis Farina, Rade Šerbedžija, Alan Ford, Mike Reid, Robbie Gee, Ade, Lennie James, Ewen Bremner, Jason Flemyng, Andy Beckwith, Charles Cork, Sorcha Cusack, Dave Legeno, Trevor Steedman, Yuri Stepanov, Velibor Topic, Liam McMahon, Tim Faraday, Elwin 'Chopper' David, William Beck, Sam Douglas, Adam Fogerty, Eric Meyers, Jason Buckham, Mickey Cantwell, Nicola Collins, Teena Collins, James Cunningham, Mickey Dee, Goldie, Sid Hoare, Ronald Isaac, Chuck Julian, Jason Ninh Cao, Paul O'Boyle, Jimmy Roussounis, Sidney Sedin, Peter Szakacs, John Taheny, Mick Theo, Andy Till, Scott Welch, Michael Hughes, James Warren, Austin Drage, Liam Donaghy, Joe Williams, John Farnell, Shaun Pearson, Dean Smith, Roy Snell, Andrew Shield, Guy Ritchie

Critique écrite par : Kantain

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire