Critique

Les Lyonnais : À l’ancienne
0 (0)

Un voyou en sommeil, reste un voyou.

  • Media
  • Statut
  • Notre note
Cliquez pour voter !
[Total: 0 Moyenne: 0]

Les Lyonnais voit Olivier Marchal délaisser la noirceur de ses films policiers pour se tourner vers les gangsters et la figure d’Edmond Vidal pour un film à l’ancienne, épousant la figure de bandit magnifique de son personnage principal. A l’occasion de la sortie de Bronx sur Netflix, retour sur la filmographie d’Olivier Marchal.

Les Lyonnais voit une fois de plus Olivier Marchal se confronter à un histoire vraie, en l’occurrence les mémoires d’Edmond Vidal, tête du gang des Lyonnais, pour se voir plonger après la conclusion de sa trilogie policière vers les gangsters avec un film à l’ancienne. Gérard Lanvin revêt ainsi un rôle charismatique dans l’héritage d’un certain Lino Ventura dans un quatrième film qui s’il délaisse les univers noirs et tortueux, nous conte une fois de plus au travers de deux figures, le fantôme d’un passé révolu et de ses figures, convoquant un cinéma à l’ancienne dont le cinéma d’Olivier Marchal n’a jamais caché ses influences.

Potes et Pastis

Pastis & Passé


L’heure de la retraite a sonné pour le gang des Lyonnais, ici porté par les inénarrables gueules du cinéma d’Olivier Marchal, portées par Gérard Lanvin, Daniel Duval, Lionnel Astier et Tchéky Karyo. Entre fêtes de familles et pastis, le passé ne tardera pas à resurgir au travers de la figure de Suttel, frère de sang incarcéré, que le gang des Lyonnais ne tardera pas à faire évader. Au travers de cette opération, l’opposition entre deux générations et deux méthodes déjà évoqué dans 36 quai des Orfèvres éveillera tensions et fusillades dans le quotidien bien tranquilles de bandits magnifiques rangés des voitures. Et au travers du personnage de commissaire interprété par Patrick Catalifo, l’occasion pour Olivier Marchal de déclarer tout son amour à ces figures de bandits magnifiques, monstres d’un autre temps, qu’il s’évertue ici à sublimer au détour de ses formidables acteurs.

Parce que Les Lyonnais, malgré son récit plus classique ponctué de flashbacks, est à défaut d’un film efficace et réussi, l’occasion une fois de plus pour Olivier Marchal d’opposer deux figures fraternelles sur fond d’un passé révolu, et de cicatrices qui ne se pansent jamais. Le duel a ici lieu, après Daniel Auteuil et Gérard Depardieu, entre Gérard Lanvin et Tchéky Karyo, deux frères dont les chemins se sont séparés, révélant enfin l’un à l’autre l’aboutissement d’une amitié éternelle. Parce qu’au travers de ces deux figures, c’est deux mondes qui s’opposent, entre l’incarnation du bandit fidèle qui n’a qu’une parole et celui qui n’a pas su raccrocher, au mépris de ses principes et de nouvelles méthodes n’hésitant plus à semer cadavres et bains de sang derrière eux pour arriver à leurs fins.

Gérard Lanvin, gueule de cinéma et de bandit magnifique

Les actes, les paroles, autant de lourdes méthodes qui auraient pu empeser ce film sincère et direct qui derrière son classicisme n’hésite jamais à convoquer ce goût d’un cinéma d’antan, convoquant vieilles Citroën et braquages de banques, rythmés par un récit efficace et sans fioritures. Parce qu’Olivier Marchal prend un soin tout particulier à traiter avec respect et amour ces figures de flics et de bandits dont les méthodes anciennes rejoignent tout un pan de cinéma révolu. Le réalisateur laisse ici entrer la lumière et ouvre ainsi son cinéma à un récit beaucoup plus ambitieux, qui malgré d’inévitables flashbacks et d’une biographie beaucoup plus lissée, rejoint l’amour inconditionnel qu’il voue à ses personnages et à un passé révolu.

Les Lyonnais poursuit ainsi avec superbe l’amour que porte Olivier Marchal pour un cinéma révolu et ses figures de gangsters magnifiques. Si le ton de la biographie et de ses vieilles figures auraient pu empeser le film, le réalisateur s’en détache rapidement grâce à un récit efficace et rythmé et à l’amour inconditionnel qu’il voue à ses personnages, figures incontournables de son cinéma et de sa propre cinéphilie.

Les Lyonnais est disponible en VOD, Blu-ray et DVD.

Cliquez pour voter !
[Total: 0 Moyenne: 0]

Détails :

Date de sortie
10 novembre 2011
Genres
Crime, Drame
Résumé
De sa jeunesse passée dans la misère d’un camp de gitans, Edmond VIDAL, dit MOMON, a retenu le sens de la famille, une loyauté sans faille, et la fierté de ses origines. Il a surtout conservé l’amitié de Serge SUTTEL. L’ami d’enfance avec qui il a découvert la prison à cause d’un stupide vol de cerises. Avec lui, inexorablement il a plongé dans le Grand Banditisme, et connu l’apogée du GANG DES LYONNAIS, l’équipe qu’ils ont formée ensemble et qui a fait d’eux les plus célèbres braqueurs du début des années soixante-dix. Leur irrésistible ascension prend fin en 1974, lors d’une arrestation spectaculaire. Aujourd’hui à l’approche de la soixantaine, MOMON tente d’oublier cette période de sa vie. A l’inverse de Serge SUTTEL, qui malgré le temps n’a rien renié de son itinéraire...
Durée
1 h 42 min
Production
LGM Productions, Gaumont, France 2 Cinéma
Acteurs
Gérard Lanvin, Tchéky Karyo, Daniel Duval, Dimitri Storoge, Patrick Catalifo, François Levantal, Francis Renaud, Lionnel Astier, Valéria Cavalli, Estelle Skornik, Etienne Chicot, Olivier Chantreau, Stéphane Caillard, Florent Bigot de Nesles, Simon Astier, Olivier Rabourdin, Laurent Fernandez, Pasquale D'Inca

Critique écrite par : Kantain

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire