Critique

Bad Boys for life : Bad BoyꞨ
0 (0)

Ensemble jusqu'au bout.

  • Media
  • Statut
  • Notre note
Cliquez pour voter !
[Total: 0 Moyenne: 0]

Il est toujours curieux de suivre les choix de Will Smith. Superstar des années 90 ayant lancé de grosses franchises (Bad Boys, Men in Black, Independance Day) ayant réussi à se maintenir au début des années 2000 avec des projets reposant uniquement sur ses épaules (Hitch, Hancock, I, Robot, Je suis une Légende), les années 2010 ont cependant vu le vent tourner pour l’acteur.

En ayant tout d’abord refusé Django Unchained pour sa violence, lui préférant After Earth et le bide qu’on lui connaît, Will Smith a depuis parcouru un drôle de chemin, loin des gigantesques succès qui ont jalonné sa route. Ayant refusé Independance Day : Resurgence, qui a dû être réécrit, et toujours déclaré que les trois volets de Men In Black lui auront suffi, il était curieux de le voir renfiler le costume de flic et retrouver Martin Lawrence pour un troisième volet de Bad Boys, 17 ans après.

Véritable rampe de lancement de Michael Bay (qui apparaîtra le temps d’un caméo) , Bad Boys premier du nom portait les prémices de son auteur (oui,oui auteur, qui avait été jusqu’à payer de sa poche l’explosion finale) avant de les pousser jusqu’à un point de non-retour complètement jouissif dans Bad Boys IIBad Boys, c’était définitivement lui et personne d’autre.

© Don Simpson/Jerry Bruckheimer Films, Columbia Pictures, 2.0 Entertainment

Après son refus de revenir derrière la caméra, le désistement de Joe Carnahan, et un projet qui traînait depuis 2009 (après les départs de deux autres scénaristes) c’est un duo de réalisateurs belges qui hérite de la mise en scène de ce véhicule de producteur, Adil El Arbi et Bilall Fallah, remarqués pour leur Gangsta par le célèbre Jerry Bruckheimer .

Si ces derniers apportent tout le soin qu’ils peuvent au film (et c’est bien là l’un de ses points forts), ce dernier ne peut cependant échapper à son acteur-producteur principal. Bad Boys for Life est ainsi un drôle de troisième volet, projet schizophrène perpétuellement perdu entre deux rives . Celle d’apporter plus de profondeur à l’intrigue et aux personnages au sein d’une franchise véritable promesse de comédie d’action bourrine et décomplexée.

Will Smith rejoue ainsi curieusement l’un de ses plus récents échec (et l’un des plus cuisants), le Gemini Man d’Ang Lee, dans lequel l’acteur s’affrontait plus jeune, véritable bonne idée et pari technologique fort porté par un réalisateur oscarisé, hélas complètement dénué de scénario.

© Don Simpson/Jerry Bruckheimer Films, Columbia Pictures, 2.0 Entertainment

Ridiculisant une bande de jeunes policiers modernes et connectés (Les fameux “geeks”) et le pauvre Martin Lawrence, dont chacune des apparitions relève du malaise, Will Smith producteur s’empare de ce troisième volet jusqu’à la déraison. Véritable fil blanc du film, l’acteur est seul face à un ennemi que lui seul pourra affronter car il s’agit évidemment d’une partie de lui-même et de son passé.

Oubliez Michael Bay, Bad Boys n’est ainsi plus ce qu’il était qu’un nouveau film de Will Smith, qui s’empare du projet comme il s’était emparé de son rôle de Deadshot dans le piteux Suicide Squad. Ce troisième volet lui doit son ton inégal, sortant cependant de la moyenne basse des blockbusters grâce à un certain sens de la mise en scène, travaillée, offrant de belles scènes d’action lisibles et de jolis plans.

Bad BoyꞨ for Life résonne donc au singulier. Difficile de donner tort à Will Smith , car le film démarre fort et un quatrième volet serait déjà en préparation. L’occasion, peut-être de voir l’acteur qui à la place de s’affronter lui même, acceptera enfin de se frotter à la concurrence.

Cliquez pour voter !
[Total: 0 Moyenne: 0]

Détails :

Date de sortie
15 janvier 2020
Genres
Thriller, Action, Crime
Résumé
Les Bad Boys Mike Lowrey et Marcus Burnett se retrouvent pour résoudre une ultime affaire.
Durée
2 h 04 min
Production
Columbia Pictures, Platinum Dunes, 2.0 Entertainment, Don Simpson/Jerry Bruckheimer Films, Overbrook Entertainment
Acteurs
Will Smith, Martin Lawrence, Paola Nuñez, Vanessa Hudgens, Alexander Ludwig, Charles Melton, Kate del Castillo, Nicky Jam, Joe Pantoliano

Critique écrite par : Kantain

Bande annonce

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire