Article

Voir où revoir Au bout du conte sur Netflix et retrouver un Jean-Pierre Bacri magistral
0 (0)

Voir où revoir Au bout du conte sur Netflix et retrouver un Jean-Pierre Bacri magistral<div class='yasr-stars-title yasr-rater-stars-vv'
                          id='yasr-visitor-votes-readonly-rater-7691d02014018'
                          data-rating='0'
                          data-rater-starsize='16'
                          data-rater-postid='3872' 
                          data-rater-readonly='true'
                          data-readonly-attribute='true'
                      ></div><span class='yasr-stars-title-average'>0 (0)</span>

En début d’année, l’un de nos plus grands et attachants acteurs s’en est allé. Une fois les hommages passés, l’occasion sur Netflix de se remémorer une fois de plus un Jean-Pierre Bacri au sommet de son art.

Nous vous avions déjà causé ici de notre peine immense suite à la disparition de Jean-Pierre Bacri le 18 janvier dernier. Nous étions alors revenu sur une sélection toute personnelle de la filmographie d’un acteur que nous avions tant aimés. Netflix étend donc notre peine en proposant un opus qui ne faisait pas alors partie de notre article, Au bout du conte, quatrième long-métrage réalisé par Agnès Jaoui et huitième collaboration au scénario de l’acteur et de son éternelle acolyte.

Les revoilà pour vous jouer un mauvais MIAM / © Memento Films, CANAL+

Jaoui-Bacri revenus nous jouer un mauvais tour


Après les tonitruants succès du duo au théâtre puis au cinéma fin des années 90 début 2000 avec le trio gagnat Cuisine et dépendances, Un Air de Famille et Le Goût des Autres (leur chef d’œuvre), Comme une image, sorti en 2004, semblait poindre pour beaucoup une sorte de redite, ensuite accentuée par l’accueil très mitigé réservé à Parlez-moi de la pluie, drainant tout de même plus d’un million de spectateurs dans leurs sillages respectifs. Au bout du conte, et l’idée donc du fantastique, trottait pourtant déjà dans la tête du duo pour leur précédent long-métrage où Jamel Debbouze devait paraître sous les traits d’un lutin après avoir frotté une lampe magique.

Au bout du conte, sorti en 2015, malgré son ton de comédie chorale douce amère, renouvelle pourtant malicieusement la grammaire du cinéma du duo. Les intérieurs parisiens laissent ici place à de vastes forets et intérieurs de châteaux, et à moults clins d’œil, de Jacques Demy aux contes d’Andersen pour une livraison aussi efficace que savoureuse. Cependant, et comme dans toutes les œuvres du duo, les héros ne sont évidemment pas ceux qu’on croit, et les stéréotypes et décors ne sont que des costumes qui s’enlèvent pour laisser place à de réels instants de grâce, et le champion dans cette catégorie reste notre regretté Jean-Pierre Bacri.

Comment ça c’est pas moi la tête d’affiche ? © Film Kino Text, Cinéday Orange

Bacri magicien


Injustement décrit comme l’indécrottable râleur du cinéma français, l’acteur incarne ici un homme qui préfère justement se taire et rester de côté, en proie à une dépression qu’il se refuse à accepter. Et qui de mieux qu’Agnès Jaoui pour filmer l’une des plus déchirantes performances de Jean-Pierre Bacri juste derrière Le Goût des Autres ? En faisant mine de s’intéresser à de jeunes interprètes, ici campés par Agathe Bonitzer et Arthur Dupont, Au bout du conte les regarde pourtant peu à peu s’effacer pour redonner la lumière à ceux laissés de côté pour qui la vie est déjà tout sauf un conte de fées.

Jean-Pierre Bacri, sagement à sa place, récitant sa leçon de râleur solitaire, se trouve alors face à lui-même et à la date d’une mort certaine révélée par une diseuse de bonne aventure qui occupe plus son attention qu’il ne voudrait bien l’admettre. Lassé des enfants de sa jeune compagne, de la compagnie en elle-même, que reste t-il alors à cet homme qu’une solitude qui étreint et détruit ? En une dizaine de minutes, Au bout du conte laisse alors à Jean-Pierre Bacri écrire l’une des plus belles scènes de sa carrière où écrasé et perdu, l’acteur tentera de renouer le dialogue avec un fils dont il n’a pas voulu dans une accolade forcée aussi juste que tout bonnement déchirante. On vous promet que même à la revoyure, et sans savoir que l’on ne reverra plus jamais l’acteur au cinéma, l’émotion est palpable et en vaut le détour. Comme une dernière accolade avant un éternel aurevoir.

Au bout du conte est disponible sur Netflix.

Cliquez pour voter !
[Total: 0 Moyenne: 0]

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire