Geoffrey Keen

Dangereusement vôtre : One Moore Time

Dangereusement vôtre marque la dernière aventure de Roger Moore dans la peau de James Bond. Si John Glen est une fois de plus à la mise en scène, c’est cette fois pour nous offrir un spectacle en forme d’adieux à la hauteur d’un Bond qui gravit ici des sommets.

Octopussy : Tentacool

Octopussy, premier opus à porter le nom d’un personnage féminin, voit Roger Moore renfiler le costume de James Bond à 55 ans, pour la seconde fois réalisé par John Glen. Pour une mission sympathique mais dénuée de grandeur.

Rien que pour vos yeux : Poudre aux yeux

Rien que pour vos yeux veut dénuer James Bond de ses gadgets pour revenir à ce qui fait le cœur du personnage. Réalisé par John Glen, monteur sur plusieurs autres films de la saga, ce 12ème opus s’avère malheureusement très creux.

Moonraker : 007ème Ciel

Moonraker poursuit le filon établi par le fulgurant succès de Star Wars : Après la blaxploitation et les arts-martiaux, James Bond ira donc dans l’espace. Tout en ajoutant un autre antagoniste mégalo à son tableau de chasse.

L’espion qui m’aimait : J’aime Bond

L’espion qui m’aimait poursuit avec brio les aventures de James Bond dans la peau de Roger Moore. Après L’Homme au pistolet d’or, Bond affronte le monstrueux Requin pour une mission parfaitement remplie.

Tuer n’est pas jouer : Copier n’est pas gagner

Tuer n’est pas jouer marque l’arrivée de Timothy Dalton dans le rôle de James Bond après 7 films avec Roger Moore. John Glen, habitué de ce dernier, met en scène ce quinzième opus, et à part un nouvel acteur, rien ne vient enrailler la mécanique trop bien huilée de la célèbre saga.